[Retour à la page précédente]

La "rouelle" des Juifs

Le port de l'étoile jaune

Huitième ordonnance du 29 mai 1942 concernant les mesures contre les Juifs.

En vertu des pleins pouvoirs qui m'ont été conférés par le Führer und Oberster Befehischaber der Wehrmacht, j'ordonne ce qui suit :

1.  Signe distinctif pour les Juifs :
Il est interdit aux Juifs, dès l'âge de six ans révolus, de paraître en public sans porter l'étoile juive.
L'étoile juive est une étoile à six pointes ayant les dimensions de la paume d'une main et les contours noirs. Elle est en tissu jaune et porte, en caractères noirs, l'inscription "JUIF". Elle devra être portée bien visiblement sur le côté gauche de la poitrine, solidement cousue sur le vêtement.

2.  Dispositions pénales :
Les infractions à la présente ordonnance seront punies d'emprisonnement et d'amendes ou d'une de ces peines.
Des mesures de police, telles que l'internement dans un camp de Juifs, pourront s'ajouter ou être substituées à ces peines.

3.  Entrée en vigueur :
La présente ordonnance entrera en vigueur le 7 juin 1942.

DER MILITARBEFEHLSHABER IN FRANKREICH.


Ce n'est pas d'aujourd'hui que l'insociabilité de la race juive mit les gouvernements dans la nécessité de prendre contre les Juifs des mesures de défense.
Parmi les moyens employés pour préserver les paisibles citoyens des manœuvres tortueuses et louches des Juifs, il y en a un repris aujourd'hui en France après la plupart des pays d'Europe, c'est l'obligation pour les Juifs de porter un signe distinctif.
Ainsi le public est prévenu qu'il a affaire à un Juif.
[...] C'est en 1227, au concile de Narbonne que furent choisies la forme, la dimension et la couleur de la rouelle.
[...] Le roi Jean le Bon décida [...] qu'elle serait mi-rouge, mi-blanche. Pour les femmes, elle était remplacée par une sorte de voile appelé oralia cornalia.
L'âge à partir duquel les Juifs et les Juives étaient astreints au port du signe distinctif variait selon les provinces.
A Marseille, on le devait porter depuis l'âge de 7 ans [...]
De leur côté, les rois de France depuis Saint Louis en exigèrent la stricte application.
Le défaut du port de la rouelle ou de l'oralia était passible d'amendes ou de châtiments corporels.
Des mesures de préservations restèrent en vigueur jusqu'en 1306 sur le territoire même de la couronne, date à laquelle Philippe le Bel résolut le problème juif en les chassant du royaume.
Les Juifs se réfugièrent alors dans les provinces limitrophes, en Provence, dans le Dauphin, le Roussillon, la Cerdagne, la Franche-Comté, la Lorraine et l'Alsace.
Même lorsque Louis le Hutin laissa les Juifs se réinstaller en France, le port de la rouelle fut maintenu.
En 1708, nous voyons les Juifs réclamer l'abolition du chapeau jaune, mais ils ne réussirent pas.
Le règlement du 23 mai 1684 leur interdit en plus de sortir de leur quartier le dimanche et les jours de fêtes chrétiennes.
Il faudra vraiment attendre l'émancipation des Juifs imposée après dix-sept séances orageuses à la Constitution par les parlementaires francs-maçons pour voir supprimer la législation de protection qui n'avait cessé sous la monarchie de défendre les français contre la juiverie.
Toute la tradition chrétienne et française est donc faite de méfiance et de mesures de protection contre les Juifs.
Il a fallu l'idéologie égalitaire maçonnique de 1789 pour livrer sans défense les français à l'astuce et à la duplicité juive.
Il était temps que cela cessât.

(Article paru dans le journal LE MATIN le 2 juin 1942)

Jacques Poincard


[Page d'Accueil]
[Retour à la page précédente]

Copyright ©Aloumim 2004 - Tous droits de reproduction, de traduction, d’adaptation interdits sans le consentement des auteurs.


Valid XHTML 1.0 Transitional
sigle